Make your own free website on Tripod.com
 
<<<<<<<
GREEK INDEX
ENGLISH INDEX
FRENCH INDEX
>>>>>>>

 

Tableau Naturel
des Rapports qui existent entre Dieu, lHomme et lUnivers

par Louis-Claude de Saint-Martin
DEUXIEME PARTIE

Le but de lhomme : le retour à lUnité

Lorsquun homme produit une oeuvre quelconque, il ne fait que peindre et rendre visible le plan, la pensée ou le dessein quil a formé. Il sattache à donner à cette copie autant de conformité quil lui est possible avec loriginal, afin que sa pensée soit mieux entendue.

Si les hommes dont lhomme veut se faire entendre, pouvaient lire dans sa pensée, il naurait aucun besoin des signes sensibles pour en être compris : tout ce quil concevrait serait saisi par eux, aussi promptement et avec autant détendue que par lui-même.

Il nemploie donc tous ces moyens physiques, il ne produit toutes ces oeuvres matérielles que pour annoncer sa pensée à ses semblables, à des êtres distincts de lui, de les assimiler à une image de lui-même, et en sefforçant de les envelopper dans son unité, dont ils sont séparés.

Tous les hommes nont et nauront jamais pour but que de faire acquérir à leurs pensées, le privilège de luniversalité, de lunité. Cest cette même loi universelle de réunion qui produit lactivité générale, et cette voracité que nous avons remarqué dans la Nature physique : car on voit une attraction réciproque entre tous les corps, par laquelle, en se rapprochant, ils se substantent et se nourrissent les uns les autres ; cest par le besoin de cette communication, que tous les individus sefforcent de lier à eux, les êtres qui les environnent de les confondre en eux et de les absorber dans leur propre unité, afin que les subdivisions venant à disparaître, ce qui est séparé se réunisse ; ce qui est à la circonférence revienne à la lumière, et que par-là lharmonie et lordre surmontent à la confusion qui tient tous les êtres en travail.

Lorsque Dieu a eu recours à des signes visibles, tels que lUnivers, pour communiquer sa pensée, il na pu les employer quen faveur dêtres séparés de lui. Car si tous les êtres fussent restés dans son unité, ils nauraient pas eu besoin de ces moyens pour y lire. Dès lors nous reconnaîtrons que ces êtres corrompus séparés volontairement de la cause première, et soumis aux lois de sa justice dans lenceinte visible de lUnivers, sont toujours lobjet de son amour, puisquil agit sans cesse pour faire disparaître cette séparation si contraire à leur bonheur.

La loi de tendance à lunité

La loi de tendance à lunité sappliquant à toutes les classes et à tous les êtres, il résulte que le moindre des individus a le même but dans son espèce : cest-à-dire, que les principes universels, généraux et particuliers se manifestent chacun dans les productions qui leur sont propres, afin de rendre par là leurs vertus visibles aux êtres distinct deux, qui étant destinés à recevoir la communication et les secours de ces vertus, ne le pourraient sans ce moyen.

Ainsi, toutes les productions, tous les individus de la Création générale et particulière, ne sont, chacun dans leur espèce, que lexpression visible, le tableau représentatif des propriétés du principe soit général, soit particulier qui agit en eux. Ils doivent tous porter en eux les marques évidentes de ce principe qui les constitue. Ils doivent en annoncer clairement le genre et les vertus, par les actions et les faits quils opèrent. En un mot, ils doivent en être le signe caractéristique, et, pour ainsi dire, limage sensible et vivante.

Lerreur des théories évolutionnistes

Les théories évolutionnistes qui supposent la nature des choses perfectible qui peut successivement porter les classes et les espèces les plus inférieurs aux premiers rangs délévation dans la chaîne des êtres. Cette conjecture est dictée par lerreur car tout est réglé, tout est déterminé dans les espèces, et même les individus. Il y a pour tout ce qui existe une loi fixe, un nombre immuable, un caractère indélébile, comme celui de lêtre principe en qui président les lois, tous les nombres, tous les caractères. Chaque classe, chaque famille a sa barrière que nulle force ne pourra jamais franchir.

Si lexistence de toutes les productions de la Nature navait pas un caractère fixe, comment pourrait-on en reconnaître lobjet et les propriétés ? Comment saccompliraient les desseins du grand Principe qui, en déployant cette Nature aux yeux des êtres séparés de lui, a voulu leur présenter des indices stables et réguliers, par lesquels ils pussent rétablir avec lui leur correspondance et leurs rapports ? Si ces indices matériels étaient variables ; si leur loi, leur marche, leur forme même nétaient pas déterminées, loeuvre de ce Peintre ne serait quun tableau successif dobjets confus, sur lesquels lintelligence ne trouverait point à se reposer, et qui ne pourrait jamais montrer le but du grand être. Enfin ce grand être lui-même nannoncerait que limpuissance et la faiblesse, en ce quil se serait proposé un plan quil naurait pas su remplir.

Chaque production de la Nature a son caractère déterminé ; cest par là seulement quelle peut être lexpression évidente de son principe ; à sa seule vue, un oeil exercé doit pouvoir décider de quel agent telle production manifeste les facultés. Lhomme ne peut donc exister aussi que par cette loi générale.

En quoi lhomme diffère-t-il des autres productions de la Nature ?

Pour connaître lhomme, il faut chercher en lui les signes dun Principe dun autre ordre que le principe qui anime la matière. Si lon observe attentivement les oeuvres de lhomme on apercevra que non seulement elles sont les expressions de ses pensées ; mais encore, quil cherche, autant quil le peut, à se peindre lui-même dans ses ouvrages. Il ne cesse de multiplier sa propre image par la Peinture et la Sculpture, et dans mille productions des Arts les plus frivoles ; enfin, il donne aux édifices quil élève, des proportions relatives à celles de son corps. Vérité profonde, qui pourra découvrir un espace immense à des yeux intelligents ; car ce penchant si actif à multiplier ainsi son image, et à ne trouver le beau que dans ce qui sy rapporte, doit à jamais distinguer lhomme de tous les êtres particuliers de cet Univers.

Contrairement aux animaux qui ont des comportements identiques dans chacune des espèces, lhomme noffre que des différences et des oppositions. Chaque homme est semblable à un souverain dans son Empire. Non seulement lhomme diffère de ses semblables, mais à tout instant encore il diffère de lui-même. Il veut et ne veut pas ; il hait et il aime ; il prend et il rejette presque en même temps le même objet ; presque en même temps il en est séduit et dégoûté. Bien plus, il fuit quelquefois ce qui lui plaît ; sapproche de ce qui le répugne ; va au devant des maux, des douleurs et même de la mort. Ainsi lon peut dire que dans ses ténèbres, comme dans sa lumière, lhomme manifeste un principe tout à fait différent de celui qui opère et qui entretient le jeu de ses organes.

Cest une méprise impardonnable de conclure de différents exemples particuliers, à une loi générale pour lespèce humaine. Lhomme a en lui les germes de toutes les vertus ; elles sont toutes dans sa nature, quoiquil ne les manifeste que partiellement, de là vient que souvent lorsquil semble méconnaître les vertus naturelles, il ne fait que les substituer les unes aux autres.

Sil est vrai que lhomme nait pas une seule idée à lui ; et que cependant lidée dun tel pouvoir et dune telle lumière soit, pour ainsi dire, universelle, tout peut être dégradé dans la science et la marche ténébreuse des hommes, mais tout ny est pas faux. Cette idée annonce donc quil y a dans eux quelque analogie, quelques rapports avec laction suprême, et quelques vestiges de ses propres droits ; comme nous avons déjà trouvé dans lintelligence humaine, des rapports évidents avec lintelligence infinie et avec ses vertus .

Si chacun des êtres de la Nature est lexpression dune des vertus temporelles de la sagesse, lhomme est le signe ou lexpression visible de la Divinité même ; autrement la ressemblance nétant pas parfaite, le modèle pourrait être méconnu.

Les éléments intermédiaires : les nombres

Avant que les choses temporelles puissent avoir eu lexistence qui nous les rend sensibles, il a fallu des éléments primitifs et intermédiaires entre elles et les facultés créatrices dont elles descendent, sont dune nature trop différente pour pouvoir exister ensemble sans intermède ; ce qui nous est physiquement répété par le soufre et lor, par le mercure et la terre, lesquels ne peuvent sunir que par la même loi dune substance intermédiaire.

Tout ce qui existe dans la nature corporelle, toutes les formes, les moindres traits, ne sont et ne peuvent être que des réunions, des combinaisons, ou des divisions des signes primitifs qui sont les nombres. Rien ne peut paraître parmi les choses sensibles qui ne soient écrit par eux, qui ne descendent deux et qui ne leur appartienne, comme toutes les figures possibles de la Géométrie seront toujours composées de points, de lignes, de cercles ou de triangles.

Lhomme lui-même, dans ses oeuvres matérielles, qui ne sont que des oeuvres secondes par rapports aux oeuvres de la Nature, est lié, comme tous les autres êtres à ces signes primitifs ; il ne peut rien élever, rien tracer, rien construire ; il ne peut imaginer aucune forme, exécuter un seul mouvement volontaire ou involontaire, qui ne tiennent à ces modèles exclusifs, dont tout ce qui se meut, tout ce qui vit dans la Nature, nest que le fruit de la représentation. Sil en pouvait être autrement, lhomme serait créateur dune autre Nature et dun autre ordre de choses, qui nappartiendraient point au Principe producteur et modèle de tout ce qui existe sensiblement pour nous.

Il nest donc rien dans lhomme corporel, ni dans ses productions, qui ne soit, quoique très secondairement, lexpression de laction créatrice universelle, que tout être corporel représente, dès quil existe et quil agit.

La parole et lécriture

Les sons et les caractères alphabétiques, qui servent dinstruments fondamentaux à tous les mots que nous employons pour manifester nos idées, doivent tenir à des signes et à des sons primitifs qui leur servent de base ; et cette vérité profonde nous est tracée de toute antiquité dans le fragment de Sanchoniaton, où il représente Thot tirant le portrait des Dieux pour en faire les caractères sacrés des lettres ; 10, emblème sublime et dune fécondité immense, parce quil est pris dans la source même où lhomme devrait toujours puiser.

Puisque la loi qui sert dorgane à la suprême Sagesse établit partout un ordre et une régularité, elle doit avoir déterminé, pour lexpression des pensées quelle nous envoie, des signes invariables, comme elle en a établi pour la production de ses faits matériels.

Les sons et les caractères primitifs étant les vrais signes sensibles de nos pensées, ils doivent être les signes sensibles de lunité pensante car il ny a quun seul principe de toutes choses.

Ainsi les productions les plus défigurées, que nous puissions manifester par la parole et par lécriture, portent toujours secondairement lempreinte de ces signes primitifs ; et par conséquent celle de cette unique idée, ou de lunité pensante : ainsi lhomme ne peut proférer une seule parole, tracer un seul caractère, quil ne manifeste la faculté pensante de lAgent suprême ; comme il ne peut produire un seul acte corporel, un seul mouvement, sans en manifester les facultés créatrices.

Lhomme est destiné à être le signe et lexpression parlante des facultés universelles du Principe suprême, dont il est émané ; comme tous les êtres particuliers sont, chacun dans leur classe, le signe visible du principe particulier qui leur a communiqué la vie.

Lémanation

Lémanation divine doit être comprise en tant que le Principe créateur na éprouvé ni séparation, ni division, ni aucune altération dans leur essence. Pour bien comprendre ce terme, procédons par analogie. Quand je produis extérieurement quelque acte intellectuel, lorsque je communique à lun de mes semblables la plus profonde de mes pensées, ce mobile que je porte dans son être, qui va le faire agir peut lui donner une vertu : ce mobile, quoique sorti de moi, quoi quétant, pour ainsi dire, un extrait de moi-même et de ma propre image, ne me prive point de la faculté den produire de pareils. Jai toujours en moi le même germe de pensées, la même volonté, la même action ; et cependant jai en quelque façon donné une nouvelle vie à cet homme, en lui communiquant une idée, une puissance qui nétait rien pour lui, avant que jeusse fait en sa faveur, lespèce démanation dont je suis susceptible. Nous souvenant toutefois quil ny a quun seul Auteur et créateur de toutes choses, on verra pourquoi je ne communique que des lueurs passagères ; au lieu que cet Auteur universel communique lexistence même, et la vie impérissable.

Mais, si dans lopération qui mest commune avec tous les hommes, on sait évidemment que lémanation de mes pensées, volontés et actions, naltèrent en rien mon essence ; à plus forte raison la vie divine peut se communiquer par des émanations : elle peut produire sans nombre et sans fin, les signes et les expressions delle-même, et ne jamais cesser dêtre le foyer de la vie.

La réminiscence

Si nous sommes émanés dune source universelle de vérité, aucune vérité ne doit nous paraître nouvelle et réciproquement, si aucune vérité ne nous paraît nouvelle, mais que nous ny apercevions que le souvenir ou la représentation de ce qui était caché en nous, nous devons avoir pris naissance dans la source universelle de la vérité.

Lhomme intellectuel, par sa primitive existence, a dû selon la loi universelle des êtres tenir à son arbre générateur. Il était, pour ainsi dire, le témoin de tout ce qui se existait dans son atmosphère : et comme cette atmosphère est autant au-dessus de celle que nous habitons, que lIntellectuel est au-dessus du matériel même, les faits auxquels lhomme participait, étaient incomparablement supérieurs aux faits de lordre élémentaire : et la différence des uns et des autres, est celle quil y a entre la réalité des êtres qui ont une existence vraie et indélébile, et lapparence de ceux qui nont quune vie indépendante et secondaire. Ainsi, lhomme étant lié à la vérité, participait, quoique passivement, à tous les faits de la vérité. Après avoir été détaché de larbre universel , qui est son arbre générateur, lhomme se trouvant précipité dans une région inférieure pour y éprouver une végétation intellectuelle, sil parvient à y acquérir des lumières et à manifester les vertus et les facultés analogues à sa vraie nature, il ne fait que réaliser et représenter par lui-même ce que son Principe avait déjà montré à ses yeux : il ne fait que recouvrer la vue dune partie des objets qui avaient déjà été en sa présence ; que se réunir à des êtres avec lesquels il avait déjà habité ; enfin, que découvrir de nouveau, dune manière plus intuitive, plus active, des choses qui avaient déjà existé pour lui, dans lui, et autour de lui.

Voilà pourquoi lon peut dire davance que tous les êtres créés et émanés dans la région temporelle, et lhomme par conséquent, travaillent à la même oeuvre, qui est de recouvrer leur ressemblance avec le Principe, cest-à-dire, de croître sans cesse jusquà ce quils viennent au point de produire leurs fruits, comme il a produit les siens en eux.

Lhomme est né pour prouver à tous les êtres quil y a un Dieu nécessaire, lumineux, bon, juste, saint, puissant, éternel, fort, toujours prêt à revivifier ceux qui laiment, toujours terrible pour ceux qui veulent le combattre ou le méconnaître. Heureux lhomme, sil neût jamais annoncé Dieu quen manifestant ses puissances et non pas en les usurpant ! Lhomme ne peut surpasser son Créateur puisque toute les productions sont inférieures à leur Principe générateur, puisque nous ne sommes que lexpression des Facultés divines et du Nombre divin, et non pas la nature même de ces facultés et de ce nombre qui est le caractère propre et distinctif de la Divinité.

A quelque point que nous montions, il sera éternellement et infiniment au dessus de nous, comme au dessus de tous les êtres. Cest même lhonorer que dennoblir ainsi notre propre essence ; parce que nous ne pouvons nous élever dun degré que nous ne lélevions en même temps dans un rapport quadruple ; puisque toute action, comme tout mouvement, toute progression est quaternaire, et que nous ne pouvons nous mouvoir que selon limmuabilité de ses lois.

Enfin, si nous descendons de la Divinité, si elle est le principe immédiat de notre existence, plus nous nous en rapprochons, et plus nous lagrandissons aux yeux de tous les êtres ; puisqualors nous faisons sortir dautant plus déclat de ses Puissances et de sa supériorité.

Dieu doit être notre terme de comparaison si nous voulons nous préserver de toutes les illusions et des amorces de lorgueil par lesquelles lhomme est si souvent réduit.
 
 

<<<<<<<
GREEK INDEX
ENGLISH INDEX
FRENCH INDEX
>>>>>>>